lesoirimmo

Coronavirus – «La vie en pause, jour 430: la party (épisode 2)»

Une salle d’embarquement qui ne mène nulle part, sans duty free, sans Airbus, sans tarmac.
Une salle d’embarquement qui ne mène nulle part, sans duty free, sans Airbus, sans tarmac. - D.R.

La semaine dernière, il s’est passé un truc incroyable.

On l’a reçue. L’invitation à la fête du siècle. On l’a enfin reçue. Mardi 14h09, « n’oubliez pas votre QR Code et votre carte d’identité ». Tu parles, et le reste ! La veste à paillettes, les ongles vermillon, les chaussures pour danser toute l’après-midi, une pêche comme on n’en a plus connue depuis l’été 2006 et une demi-heure d’avance si jamais y a la file.

Ah tiens non. Pas de file et tant mieux : il pleut. Devant, une femme parfumée, en jean étroit, sac argenté et talons qui font smoutch smoutch dans la boue, s’abrite sous un parapluie « The Pen », ce qui est très bon signe parce que « The Pen » vaut pour « The Peninsula », une chaîne de palaces-hôtels les plus chics au monde. Bref, du beau monde. Ça commence bien.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct