lesoirimmo

La Belgique, adepte du principe «pollueur-payé»

Malgré des accises facialement équivalentes à l’essence, le diesel reste privilégié par rapport à l’essence si on examine sous l’angle du contenu énergétique.
Malgré des accises facialement équivalentes à l’essence, le diesel reste privilégié par rapport à l’essence si on examine sous l’angle du contenu énergétique. - Belga.

En 2019, la Belgique a accordé pas moins de 13,3 milliards d’euros de subventions aux énergies fossiles. Cela représente 2,8 % du produit intérieur brut, la richesse produite dans notre pays. C’est ce qui ressort d’un rapport réalisé par les administrations de l’environnement et des Finances qui vient d’être rendu public. Essence, diesel, mazout, gaz naturel… : ces énergies très émettrices de gaz à effet de serre et d’autres polluants atmosphériques profitent chaque année des largesses de l’Etat, donc de la collectivité. En une manière d’application du principe du « pollueur-payé », on vient en aide directement et indirectement à des énergies contrevenant à l’engagement de réduire les émissions de gaz à effet de serre d’au moins 35 % en 2030, et de viser une société neutre en carbone en 2050. Le rapport, qui ne concerne que le niveau fédéral, met le doigt sur le phénomène et doit servir d’outil pour supprimer ces subventions.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct