lesoirimmo

Comment la pauvreté peut se transmettre de génération en génération

Un enfant dont le père n’est pas de nationalité européenne a 40,6% de risque de pauvreté lorsqu’il est adulte. Ce risque tombe à 7,1% lorsque le père est belge.
Un enfant dont le père n’est pas de nationalité européenne a 40,6% de risque de pauvreté lorsqu’il est adulte. Ce risque tombe à 7,1% lorsque le père est belge. - Michel Tonneau.

D’après une étude réalisée en 2019 (sur un échantillon de personnes âgées de 25 à 59 ans) et rendue publique cette semaine par l’office belge de statistiques (Statbel) sur la pauvreté et sa possible transmission intergénérationnelle, 30,4 % des personnes qui ont vécu, durant leur jeunesse, dans un ménage confronté à des grosses difficultés financières vivent sous le seuil de pauvreté lorsqu’elles sont adultes. Cette étude montre, à l’inverse, que le pourcentage tombe à 7,7 % lorsque les personnes ont vécu, enfants, dans un ménage en très bonne santé financière. Une manière de montrer qu’un adulte a plus de probabilité de vivre dans la pauvreté s’il l’a déjà connue dans sa jeunesse. D’autre part, l’étude démontre que le niveau des études est un autre élément prépondérant. Les personnes dont le père avait un faible niveau d’éducation sont 31,2 % à avoir clôturé des études supérieures, pour 56,8 % quand le père avait un niveau d’éducation moyen et 79,4 % pour ceux dont le père était diplômé du supérieur.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct