lesoirimmo

Coronavirus – «La vie en pause, jour 438: la phobie»

Vivre sous cloche au milieu des palmiers, des fougères et des gazouillis d’oiseaux, genre habiter dans les serres royales mais sans les visiteurs. Le roi ne sera jamais d’accord.
Vivre sous cloche au milieu des palmiers, des fougères et des gazouillis d’oiseaux, genre habiter dans les serres royales mais sans les visiteurs. Le roi ne sera jamais d’accord. - Belga.

Ce week-end, il s’est passé un truc incroyable.

C’est Sabine, la voisine, qui nous dit qu’elle a repris le train l’autre jour, première fois depuis longtemps, et qu’il était bondé, et que c’était une horreur parce que désormais... les gens la dégoûtent. « Déjà avant, qu’elle raconte, j’essayais de ne toucher à rien, de ne pas devoir appuyer moi-même sur le bouton de la porte, mais maintenant, c’est terrible : tout me dégoûte. Y a pas d’autres mots : tout me dégoûte. »

Ah ça, c’est un problème. Être dégoûté par le cassoulet en boîte, le vomi, les cheveux dans le lavabo, Seven de David Fincher ou le répugnant poisson-football échoué la semaine dernière à New Port Beach, en Californie, avec ses yeux vitreux et sa gueule béante remplie de petites dents tranchantes comme du verre, on comprend. Mais les gens ? L’humanité tout entière ?

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct