lesoirimmo

Le viol de libertés en plein ciel européen ne peut rester impuni

BELARUS-POLITICS-ARREST
AFP

Jusqu’à présent, le « problème » biélorusse – soit les exactions infligées à l’opposition, la presse et tout qui contrarie un président au pouvoir depuis 27 ans – était resté surtout le problème… des Biélorusses. Le « dernier dictateur » d’Europe, selon le surnom qui lui est accolé en oubliant parfois Poutine, a certes été critiqué, dénoncé et 88 proches ont été frappés par trois paquets de sanctions. Mais l’Union européenne a géré jusqu’ici le cas « Loukachenko » avec la plus grande prudence, par souci de ne pas l’envoyer davantage dans les bras de Poutine, mais aussi au vu de la nature d’une opposition massive mais très anonyme sur place, incarnée depuis l’été dernier par Svetlana Tikhanovskaïa, une figure emblématique mais pas vue comme un leader stratège.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct