lesoirimmo

Entre la France et le Rwanda, la dernière «zone grise» de la vérité reste encore à percer

Au lieu de secourir des Tutsis massacrés, les troupes de combat de l’Opération Turquoise avaient reçu pour première mission d’empêcher le FPR de prendre Kigali.
Au lieu de secourir des Tutsis massacrés, les troupes de combat de l’Opération Turquoise avaient reçu pour première mission d’empêcher le FPR de prendre Kigali. - Photo News

Récit

Venant après 27 ans de déni et un Himalaya de mensonges et de désinformation, la visite à Kigali du président Macron représente un tournant important dans les relations entre la France et le Rwanda. On peut espérer que les paroles que prononcera le chef de l’Etat français apporteront quelque réconfort aux survivants, aux familles des victimes, et, plus largement, à tout un peuple qui, en 1994 s’est senti trahi et abandonné.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct