lesoirimmo

La chronique «Variations»: le voile et la notion de discrimination

S’agissant du voile, ce sont, à une écrasante majorité, des femmes musulmanes qui sont gênées dans l’accès à l’emploi.
S’agissant du voile, ce sont, à une écrasante majorité, des femmes musulmanes qui sont gênées dans l’accès à l’emploi. - Belga

Depuis l’ordonnance du Tribunal du travail de Bruxelles condamnant la Stib à la suite de son refus d’engager une candidate voilée, on reparle beaucoup de l’interdiction du port des signes convictionnels dans les services publics.

Je n’entends pas commenter la stratégie de la Stib, qui me semble peu lisible. Par contre, si on retient la question générale de l’interdiction du port de signes convictionnels par des agents des services publics, on peut noter que l’ordonnance relative à la Stib mobilise à ce propos les notions de discrimination directe et de discrimination indirecte, sans que cela fasse cesser les polémiques. J’aimerais simplement faire part, ici, de mes interrogations sur la manière dont ces notions peuvent être mises en œuvre dans ce débat.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct