lesoirimmo

Ces femmes qui fuient la violence des hommes

Layla a tout perdu en quittant son compagnon. Plus d’appartement, plus de travail. Il lui reste son fils qu’elle voulait protéger à tout prix. Grâce à Yamina Zaazaa et à l’équipe du Centre de prévention des violences conjugales et familiales, elle va pouvoir refaire sa vie ailleurs, loin de Bruxelles.
Layla a tout perdu en quittant son compagnon. Plus d’appartement, plus de travail. Il lui reste son fils qu’elle voulait protéger à tout prix. Grâce à Yamina Zaazaa et à l’équipe du Centre de prévention des violences conjugales et familiales, elle va pouvoir refaire sa vie ailleurs, loin de Bruxelles. - Dominique Duchesnes.

Reportage

J’ai dû fuir. Mon compagnon lançait des menaces de mort sur mon fils, qui n’est pas le sien. C’était de plus en plus violent. J’avais trop peur. Heureusement, j’ai pu me réfugier ici, dans cet hôtel, où je me terre depuis plus de trois mois. Je ne vais plus travailler et je n’ose même pas aller conduire mon enfant à l’école, de peur qu’il m’y attende. En une semaine, on a pu déménager tous mes meubles dans des caves ici et là. A part cela, je n’ai plus rien. Je vais devoir tout recommencer, loin de Bruxelles, mais je sais que cela va aller. »

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct