lesoirimmo

Voile: l’abstention coupable du monde politique

B9727205716Z.1_20210601170128_000+GMJI87KQM.1-0
Belga.

C’est reparti. L’éléphant est à nouveau entré dans le magasin de porcelaine. Au plus mauvais moment, le débat sur le voile recommence à fracturer le monde politique belge, jusqu’au niveau fédéral, et derrière lui, la société. Comme très souvent, il part d’une école, d’une commune ou, ici, d’une entreprise, où une femme entend se voir reconnaître le droit de porter le voile. Il s’enflamme. Et puis ? Et puis rien. Le monde politique ne décide pas, parce que les différents partis ne s’accordent pas sur une position, si tant est qu’ils en aient une. Et l’institution concernée est priée de se débrouiller toute seule. Mais promis, on va s’en occuper. A dans dix ans.

Et c’est comme cela qu’au début de ce mois, le tribunal du travail de Bruxelles a bien dû se résoudre à rendre justice sur la base d’une interprétation créative de principes juridiques, faute, pour le juge, de disposer d’un texte légal que le parlement bruxellois, trente ans après le début des polémiques, n’a pas encore daigné produire.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct