lesoirimmo

«Muzungu»: souvenirs d’Afrique en super 8

Sur scène, Vincent Marganne et Edson Anibal questionnent notamment les ressorts de la mémoire.
Sur scène, Vincent Marganne et Edson Anibal questionnent notamment les ressorts de la mémoire. - Alice Piemme / AML

On les a appelés, pudiquement, ou lâchement, les « événements ». En 1972, au Burundi, des centaines de milliers de Hutus étaient massacrés. A l’époque, Vincent Marganne, avait sept ans et vivait dans les environs de Bujumbura avec sa famille. Un jour, en passant un barrage routier, il aperçoit, depuis la voiture familiale, des corps, ensanglantés, au bord de la route. Cette scène restera gravée dans sa mémoire. Pourtant, il faudra près de 50 ans pour que l’auteur et comédien belge affronte ce souvenir d’enfance dans une pièce, Muzungu , aujourd’hui à l’affiche du Rideau de Bruxelles.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct