lesoirimmo

Maroc: la vie du journaliste emprisonné Souleimane Raissouni serait en danger

Manifestation de solidarité avec les journalistes emprisonnés, le 16 avril dernier à Rabat.
Manifestation de solidarité avec les journalistes emprisonnés, le 16 avril dernier à Rabat. - EPA

Les journalistes marocains qui critiquent les autorités de leur pays souffriraient-ils en même temps de déviances sexuelles graves ? C’est le constat qu’imposent les poursuites judiciaires que ces rares plumes libres subissent. L’un des derniers cas concerne Souleimane Raissouni. Arrêté le 22 mai 2020, il est en détention provisoire pour « attentat à la pudeur avec violence » et « séquestration », après qu’un homme l’eut accusé de l’avoir agressé sexuellement. Raissouni nie les faits et, pour protester contre le refus persistant de la justice marocaine de lui accorder une liberté provisoire, il a entamé une grève de la faim le 8 avril. Il aurait perdu 32 kg et sa vie serait en danger, malgré les dénégations officielles.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct