lesoirimmo

Le voile déchire les majorités, à Bruxelles et au fédéral

Le voile déchire les majorités, à Bruxelles et au fédéral

Le gouvernement bruxellois s’est donné deux semaines pour dégager un consensus en son sein sur le port des signes convictionnels dans la fonction publique régionale. De quoi faire retomber la tension, qui était nettement montée, jeudi matin, à la faveur des matinales en radio. Au micro de la Première, Rudi Vervoort (PS), anticipant l’impossible accord sur le sujet au sein de sa majorité, suggérait de renvoyer la balle au parlement. Dans le studio de Bel RTL, François De Smet (Défi) parlait quelques tons plus haut, rappelant que son parti n’était pas là « pour arroser les fleurs en attendant qu’on détricote le principe de neutralité ». Un coup de semonce, dont le président amarante use avec parcimonie, qui a eu son effet sur ses partenaires. Pour les uns, il a « surpris », « refroidi », « irrité » « tout le monde » ; pour les autres, il a « légitimement rappelé que la laïcité était un combat majeur pour son parti ».

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct