lesoirimmo

Courbaturées par la crise, les salles de fitness rouvrent sans avenir musclé

Selon Jean-Luc Van Cappel, gérant la salle du centre B-Sports, ce n’est pas au secteur à payer la crise sanitaire mais à l’Etat de soutenir financièrement les clients des clubs.
Selon Jean-Luc Van Cappel, gérant la salle du centre B-Sports, ce n’est pas au secteur à payer la crise sanitaire mais à l’Etat de soutenir financièrement les clients des clubs. - Pierre-Yves Thienpont.

En ce brûlant après-midi de juin au ciel azur, le monde se presse vers les terrains extérieurs de tennis et de padel du centre B-Sports à Berchem-Saint-Agathe. Par contre, dans la salle de fitness toute immaculée, c’est le désert un brin glaçant, comme tous les jours depuis huit mois. Les vélos elliptiques et autres machines à faire fondre la graisse et durcir les muscles sont comme figées dans le temps, privées de sueur et en proie à la poussière. Mais la vie et l’effort reprendront ici, comme dans la plupart des 900 autres centres belges du genre à partir de ce mercredi 9 juin. Avant un grand nettoyage, deux techniciens s’activent d’ailleurs à l’entretien des appareils pour que roulent les tapis et tournent les pédales comme si le deuxième confinement imposé au secteur depuis fin octobre dernier n’avait jamais existé.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct