lesoirimmo

Coronavirus – «La vie en pause, jour 451: les fauves»

18jeunes fauves de 16-17ans, 18animaux sauvages et non vaccinés (pas avant juillet en tout cas, au Pfizer, sur base volontaire et sans consentement des parents).
18jeunes fauves de 16-17ans, 18animaux sauvages et non vaccinés (pas avant juillet en tout cas, au Pfizer, sur base volontaire et sans consentement des parents). - AFP.

Vendredi, il s’est passé un truc incroyable. On a failli mourir. Oui bon, pas vraiment mais quand même.

D’abord, on aurait pu disparaître sur le quai 5 de la gare où on a pris le train et dont le toit s’est effondré sous le poids de la pluie. Mais on aurait aussi pu se faire frapper par la foudre sur une avenue bordée de très grands arbres dépliés vers le ciel. Ecraser par les gens énervés par l’orage. Ou s’auto-étouffer sous un masque en tissu beaucoup trop épais pour les 50 degrés qu’il faisait dans cette école aux milliers d’étages.

Une école ? « Mais t’es complètement diiiiingue ! T’as pas encore reçu ta deuxième dose et tu vas dans une école ? Et des ados, en plus. Ma pauvre fille, tu vas y rester : les gestes barrières, le masque, tout ça, les ados, ils respectent rien ! Tu te rends pas compte. C’est comme entrer dans la cage aux lions avec la robe en viande de Lady Gaga. »

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct