Fil info

Carte blanche: plus de 80% des parents soutiennent l’organisation d’un cours de religion ou de morale

Carte blanche: plus de 80% des parents soutiennent l’organisation d’un cours de religion ou de morale
Mathieu Golinvaux

Le cours de religion contribue utilement à construire la citoyenneté, le vivre ensemble, le « construire ensemble ». Cela est d’ailleurs explicitement prévu dans les référentiels des cours de religion des différents cultes. La pratique du dialogue interconvictionnel vise à apprendre aux élèves, par l’organisation d’activités communes, à se forger une identité personnelle, dans l’ouverture et la compréhension d’autres manières de penser et de vivre. Lieux de questionnement, de recherche et de découvertes, avec un maximum de connivence, ces activités deviennent des laboratoires de citoyenneté où se rencontrent des personnes, où se brassent des idées et des cultures, où se croisent des regards pluriels qui honorent la richesse des différences et évitent des cloisons qui séparent. La pratique du dialogue interconvictionnel permet aux élèves de rencontrer l’autre en vérité en dépassant jugements et préjugés, sans renier pour autant ses convictions. Pour favoriser ce dialogue, il importe pour chaque élève de connaître sa culture, son héritage, ses Ecritures fondatrices. Rappelons encore, à ce sujet, les recommandations du Conseil de l’Europe d’éduquer au dialogue interreligieux et la réponse positive des états membres suite à cette recommandation.

Un cours au choix et obligatoire

On sait que les parents qui le souhaitent peuvent demander que leur enfant soit dispensé du cours de religion ou de morale. Et les chiffres sont éloquents : entre 80 et 90 % des parents des élèves de l’enseignement officiel refusent cette dispense et inscrivent explicitement leur enfant à un cours de religion ou de morale. Il y a là un signe citoyen qu’il ne faut certainement pas négliger. Nous voulons croire que les membres du groupe de travail parlementaire qui étudient actuellement un éventuel passage à deux heures du cours de philosophie et citoyenneté seront attentifs et réceptifs à cette demande citoyenne. Par ailleurs, nous sommes convaincus que l’organisation d’un cours facultatif ne rencontrera absolument pas ce souhait d’une telle majorité des parents.

Outiller les élèves contre les replis identitaires

Un cours de religion qui est ainsi soutenu par un tel nombre de parents n’est pas un cours d’histoire des religions. Dans ces démarches-là, le religieux est pris comme un objet extérieur à l’élève. La question religieuse – dont l’actualité montre combien elle reste tellement importante aujourd’hui – n’est pas alors considérée comme une question spécifique. Les éclairages apportés par un professeur de religion, formé au sein d’institutions d’enseignement supérieur reconnues, ont, auprès des élèves, un crédit que n’obtiendra jamais une approche externe des questions religieuses. Par ailleurs, alors même que l’on voit combien des replis identitaires menacent çà et là le vivre-ensemble de notre société, le cours de religion aide chaque élève à construire un rapport intelligent et critique au religieux. Il contribue ainsi à la mise en œuvre de convictions personnelles éclairées par le travail de la raison et le dialogue avec d’autres positions philosophiques et religieuses.

En plus de la liberté de choix garantie par la Constitution, l’article 2 du premier protocole additionnel à la Convention européenne des droits de l’Homme qui consacre le droit des parents au respect de leurs convictions religieuses et philosophiques, et l’article 18, §4, du pacte international relatif aux droits civils et politiques, proclament la liberté des parents de faire assurer l’éducation religieuse et morale de leurs enfants conformément à leurs propres convictions.

Pour toutes ces raisons, auxquelles s’ajoute le respect de l’article 24 de la Constitution, les responsables des cultes reconnus en Belgique continuent à demander le maintien d’un cours de religion ou de morale intégré dans l’horaire obligatoire des élèves.

Cet article réservé aux abonnés
est en accès libre sur Le Soir+
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct

     

    Cet article réservé aux abonnés est exceptionnellement en accès libre

    Abonnez-vous maintenant et accédez à l'ensemble des contenus numériques du Soir : les articles exclusifs, les dossiers, les archives, le journal numérique...

    1€
    le 1er mois
    J'en profite
    Déjà abonné?Je me connecte
    Aussi en Cartes blanches