lesoirimmo

Avec l’affaire Conings, «le Belang n’a qu’à s’asseoir, se mettre à l’aise et compter les voix»

Hind Fraihi, co-autrice de l’ouvrage «Achter het schild van extreemrechts».
Hind Fraihi, co-autrice de l’ouvrage «Achter het schild van extreemrechts». - D.R.

Durant deux ans, la journaliste flamande Hind Fraihi et le photojournaliste flamand Bas Bogaerts se sont plongés dans une cinquantaine de groupes Facebook liés à l’extrême droite du nord du pays. Dans le livre Achter het schild van extreemrechts (Derrière le bouclier de l’extrême droite), ils tirent un portrait sans fard d’une partie de la population qu’ils jugent tout à fait ordinaire. Et mettent en garde contre la tentation du « nous » contre « eux ». Rencontre.

Comment est né le projet ? Une volonté commune de faire une plongée dans l’extrême droite flamande ?

Bas Bogaerts : Nous avons tous les deux un intérêt pour les extrêmes, mais aussi pour les endroits fermés, où il est difficile de rentrer. Et nous avions déjà travaillé ensemble sur la mouvance islamiste.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct