lesoirimmo

«Nomadland»: délicat, d’une maturité incroyable

«Nomadland»: délicat, d’une maturité incroyable

Un Lion d’or à Venise en septembre, trois Oscars (Meilleur film, Meilleure réalisation, Meilleure actrice), deux Golden Globes, cinq Bafta : Nomadland est sans conteste le film qui a marqué le septième art ces derniers mois. Un film sensible, humain, tourné vers le monde et vers les autres, que l’on doit à Chloé Zhao, nouveau visage du cinéma indépendant.

Nomadland nous plonge dans l’univers des « van dwellers », ces Américains qui vivent dans leur véhicule aménagé, enchaînant les petits boulots et se retrouvant en communauté, au hasard de leur route. Au centre du film : Fern (Frances McDormand, seule professionnelle du film avec David Strathairn) une femme d’une soixantaine d’années qui décide de prendre la route à la manière d’une nomade moderne afin de retrouver la paix intérieure.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct