lesoirimmo

Au Maroc, les jours du journaliste Souleimane Raissouni sont désormais comptés

Souleimane Raissouni, en novembre 2015.
Souleimane Raissouni, en novembre 2015. - DR.

Au royaume du Maroc, un homme, un journaliste, est en train de mourir en captivité. Il mène une grève de la faim depuis plus de deux mois pour protester contre le refus persistant de la justice marocaine de lui accorder une liberté provisoire. Cet homme s’appelle Souleimane Raissouni. Une énième audience de son procès (après la plainte d’un homme pour « attentat à la pudeur avec violence » et « séquestration », des délits qu’il nie fermement) a eu lieu ce 10 juin à Casablanca et a mis au jour, une fois de plus, les méthodes de la « justice » marocaine qui refuse, par exemple, d’entendre la femme de ménage de l’accusé, qui était présente lors des faits allégués.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct