lesoirimmo

«La vraie vie»: hyène de vie!

Une fable cruelle où la bestialité des hommes n’a rien à envier à celle des ours ou des hyènes.
Une fable cruelle où la bestialité des hommes n’a rien à envier à celle des ours ou des hyènes. - Jérôme Dejean

Imaginez-vous, au milieu d’une plaine aride, en position pour faire un détartrage à une hyène affamée. Vous tenez l’image et l’émotion générale ? Eh bien, c’est à peu près cet état d’esprit qui règne dans La vraie vie, roman d’Adeline Dieudonné aujourd’hui adapté au théâtre par Georges Lini. En guise de plaine aride ? Un lotissement « qui a poussé telle une verrue » avec, au milieu, une maison où s’entassent les trophées de chasse et autres dépouilles d’un père braconnier. A côté de ce type, « posée comme un vase », vivote la mère, à peine plus remarquable qu’une amibe. Dans ce quotidien, où « les repas familiaux ressemblent à une punition », se débat une enfant de 10 ans, qui tente de protéger son petit frère, Gilles, d’un environnement délétère.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct