lesoirimmo

Ces petits commerçants rétifs au paiement électronique

Francine Bock, gérante du magasin de spiritueux Finum à Jette prévient: «Si je suis obligée de m’équiper d’un terminal de payement, j’augmenterai mes prix.»
Francine Bock, gérante du magasin de spiritueux Finum à Jette prévient: «Si je suis obligée de m’équiper d’un terminal de payement, j’augmenterai mes prix.» - Roger Milutin

Nombreux sont les petits commerçants qui ont avalé de travers en apprenant ce jeudi l’intention du gouvernement fédéral de leur imposer de disposer d’au moins un moyen de payement électronique d’ici l’an prochain, sans pour autant exclure le cash. Si cette mesure, contenue dans le Plan d’action de lutte contre la fraude fiscale et sociale déplaît autant à une kyrielle d’indépendants, c’est pour de multiples raisons, à commencer par le coût du système à installer à la caisse.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct