lesoirimmo

Le livre papier, c’est la liberté

Le livre papier, c’est la liberté
Bruno D’Alimonte.

C’est Patrick Weil qui l’affirme, un des créateurs de Bibliothèques sans frontières. L’association se demandait s’il n’était pas temps de zapper les vieilles bibliothèques remplies de livres pour amener les populations africaines à la connaissance et à l’information, et profiter de l’avancée technologique des ebooks, des smartphones. Du coup, ils ont organisé un colloque à Paris, avec des éditeurs, des auteurs, des bibliothécaires africains.

Conclusion de ces partenaires ? Un dictateur peut couper l'internet en une seconde. Il ne peut pas confisquer, brûler tous les livres en une seconde. Le livre papier garantit mieux la liberté. « Ils avaient raison », résume Patrick Weill : « le livre papier, c'est la liberté. »

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct