Donald Trump enfile son nouveau costume

Son investiture quasiment assurée, après une nouvelle série de triomphes dans les primaires tenues mardi, Donald Trump s’attelle à un immense chantier : celui qui le verra effectuer sa mue de trublion provocateur et démagogue en présidentiable magnanime et mesuré.

Les circonstances l’imposent : une élection présidentielle se jouant toujours au centre du prisme politique, là où se trouvent les indécis et les indépendants, à la différence des primaires servant, elles, de caisse de résonance aux franges ultra-radicales, le milliardaire doit édulcorer son propos, s’affranchir d’une tendance naturelle à la surenchère, préférer le fond à la forme. « Il doit montrer qu’il possède la substance, une profonde connaissance des dossiers et une vision digne d’un commandant en chef », suggère Steve Schmidt, stratège républicain et ancien de la campagne de John McCain en 2008, interrogé par Reuters.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct