lesoirimmo

L’UE veut aussi casser la «spirale négative» des relations avec Moscou

Josep Borrell a présenté son plan, élaboré par ses services et la Commission européenne, au moment où le président américain se mettait à table avec son homologue russe, à Genève.
Josep Borrell a présenté son plan, élaboré par ses services et la Commission européenne, au moment où le président américain se mettait à table avec son homologue russe, à Genève. - EPA

Décodage

Que faire avec la Russie de Vladimir Poutine, l’indétrônable maître du Kremlin ? Les Européens veulent passer à l’action face à ce « défi stratégique ». Et ne plus seulement réagir aux événements, témoins et victimes de l’autoritarisme croissant du régime, de ses actions agressives et déstabilisatrices, à l’encontre de l’Union européenne, ses Etats membres, son voisinage. Comme Washington, l’UE voudrait casser la « spirale négative » dans laquelle s’enfoncent les relations avec son « plus grand voisin et important acteur mondial », souligne Josep Borrell, le chef de la diplomatie européenne. « Je dis souvent que les sanctions ne sont pas une politique, seulement un outil au service d’une politique ».

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct