lesoirimmo

Une semaine après la réouverture, pas de miracle pour les cinémas

Si, dans les salles du groupe Kinepolis, on se dit satisfait de la réouverture, il n’en va pas de même pour les petits exploitants.
Si, dans les salles du groupe Kinepolis, on se dit satisfait de la réouverture, il n’en va pas de même pour les petits exploitants. - D.R.

Il ne s’agit pas d’être catégorique. Chaque cinéma possède sa propre réalité. Malheureusement, le mois de juin, généralement creux, fait les mêmes victimes qu’à l’accoutumée. Un combat inégal ? Peut-être. Mais un combat contre qui ? L’actualité ? La météo ? Comment se dresser face à l’insatiable envie de retrouver le plaisir d’un apéro au soleil avec des amis perdus de vue. Comment rivaliser avec cette communion magique que génère le football ? Chacun joue avec ses armes.

Le Kinepolis de Rocourt, toujours discret sur ses chiffres, semble s’en sortir à merveille. L’entrain de Mohamed Chfalmi, directeur de cette imposante enseigne, ne s’estompe pas. « Si je suis satisfait ? Bien sûr. Tous les autres exploitants vous le diront, le mois de juin ressemble souvent à une longue traversée du désert. Les jeunes passent leurs examens et les premiers rayons du soleil se stabilisent et poussent à sortir se balader. »

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct