lesoirimmo

Tout ça pour sauver le soldat bruxellois…

d-20161020-GAP9FQ 2016-10-20 10_03_29
Sylvain Piraux.

Et donc, le gouvernement bruxellois est toujours vivant… Le port de signes convictionnels à la Stib – le port du voile pour ne pas le nommer – ne l’aura pas fait tomber. Ce qui en sort ? Une neutralité dite exclusive, tricotée « sur mesure », uniquement pour aboutir au compromis politique susceptible de garder Défi à bord et de sauver dans la foulée l’exécutif bruxellois. Les patrons bruxellois du PS, d’Écolo et de Défi ont construit la paix, mais elle repose sur du sable et est assortie d’un vilain prix.

La première facture est pour la Stib dont l’autonomie de gestion se révèle chimérique au terme de cet épisode peu glorieux.

Le second prix à payer est celui d’une jurisprudence bancale en matière de port de signes convictionnels : elle est écrite par un premier jugement, sans être utilement complétée par un appel qui relevait de l’évidence.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct