lesoirimmo

L’Ethiopie organise des élections à haut risque

L’enjeu des élections de ce 21 juin est très important, autant pour le Premier ministre Abyi Ahmed que pour l’Ethiopie elle-même.
L’enjeu des élections de ce 21 juin est très important, autant pour le Premier ministre Abyi Ahmed que pour l’Ethiopie elle-même. - Reuters.

Différées en août 2020 à cause du covid, les élections générales en Ethiopie initialement prévues pour mars dernier se tiendront finalement ce 21 juin. Elles auront lieu dans un pays traumatisé par la guerre qui, voici sept mois, a éclaté dans la région du Tigré et où la situation humanitaire désastreuse a suscité l’inquiétude internationale et multiplié les menaces de sanctions.

Rappelons que les autorités locales du Tigré – le Front populaire pour la libération du Tigré, qui avait dominé le pays durant 18 ans et s’était replié sur sa province d’origine – avaient refusé le report du scrutin et organisé, de leur propre chef, des élections locales, qui furent jugées illégales par Addis Abeba. L’attaque d’une importante base de l’armée, située dans le nord du pays, par les forces du TPLF, fut considérée comme une provocation et entraîna une vigoureuse intervention militaire, à laquelle se joignirent des forces du pays voisin, l’Erythrée, désireuse de régler un vieux contentieux avec les dirigeants tigréens.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct