lesoirimmo

Dans LéNA cette semaine: et si, après le covid, on continuait à voler moins?

Dans LéNA cette semaine: et si, après le covid, on continuait à voler moins?
Lucy Nicholson/Reuters

Selon l’Organisation de l’aviation civile internationale, le trafic aérien a chuté de 60 % en un an. Notre absence dans les airs est une perte pour l’industrie aéronautique. Les valises défaites, les coussins repose-tête en mousse non achetés, les sandwichs sans saveur non consommés représentent ensemble quelque 370 milliards de dollars (310 milliards d’euros), auxquels on peut ajouter 130 milliards de dollars (109 milliards d’euros) perdus pour les services connexes. Selon Eurocontrol, l’encombrement de l’espace aérien n’est pas attendu au plus tôt avant 2024. Mais ce n’est qu’une prévision.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct