lesoirimmo

Vaccination, épidémie… La success story israélienne a-t-elle du plomb dans l’aile?

Le Premier ministre Naftali Bennett, avec à ses côtés le ministre de la Santé Nitzan Horowitz, s’adresse à des jeunes lors de la visite d’un centre médical, mardi près de Tel Aviv.
Le Premier ministre Naftali Bennett, avec à ses côtés le ministre de la Santé Nitzan Horowitz, s’adresse à des jeunes lors de la visite d’un centre médical, mardi près de Tel Aviv. - AFP

Des personnes marchant, tout sourire et sans masque sous le soleil de Tel Aviv, des jeunes suant et dansant dans des boîtes de nuit. Les images d’une société israélienne libérée du joug du covid donnaient espoir aux Belges de retrouver une vie normale. Aujourd’hui, on observe ce laboratoire du déconfinement avec circonspection : le taux de vaccination stagne et des clusters de variant alpha poussent à de nouvelles mesures sanitaires.

Dès le mois de janvier, de nombreux pays ont regardé, impressionnés, les statistiques de vaccination. Dès la fin mai, 64 % des Israéliens avaient reçu au moins une dose de vaccin. Mais depuis quelques semaines, le Canada (67 %) et le Royaume-Uni (65 %) ont dépassé l’Etat hébreu de quelques petits points. Et surtout, ces pays continuent à vacciner, alors que les aiguilles ne piquent plus (ou presque) de l’autre côté de la Méditerranée.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct