lesoirimmo

Wimbledon: le retour de la Murraymania à… 20 km de Wembley

Après 4 ans d’absence, il déclenche toujours l’hystérie.
Après 4 ans d’absence, il déclenche toujours l’hystérie. - EPA

Pendant que les « Three Lions » iront défier l’Ukraine, samedi à Rome, Londres va s’enflammer, ce vendredi, pour son lion écossais qui s’est remis à rugir de force et de plaisir, comme on ne l’espérait plus. Car oui, il revient de très loin Andy Murray. Lui, le désormais 118e joueur mondial, qui a dû recevoir une « wild-card » pour participer à son 13e Wimbledon, après 4 ans d’absence. En 2017, il avait ouvert le Central en tant que tenant du titre (son 2e sacre, après celui de 2013), mais il avait dû quitter la scène en quart, battu en 5 sets par Sam Querrey, mais surtout touché à la hanche. On ne le savait pas encore, mais c’était presque le début de la fin pour un joueur qui venait de vivre cinq années folles avec : le titre olympique… à Wimbledon (Londres 2012), son premier titre du Grand Chelem à l’US Open dans la foulée, le fameux sacre londonien de 2013, la Coupe Davis de 2015… à Gand, la confirmation lors du Wimbledon 2016 et des J.O. de Rio, lui offrant ainsi la place de nº1 mondial pendant 41 semaines !

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct