lesoirimmo

Espagne: cinq vies qui auraient connu un cours différent avec la nouvelle «loi trans»

Le drapeau trans lorsde la LGBTQI+ Prideà Madrid le 28 juindernier.
Le drapeau trans lorsde la LGBTQI+ Prideà Madrid le 28 juindernier. - Guillermo Gutierrez Carrascal/Zuma Press

récits

Mané n’a jamais été la María Inés qui apparaît sur son acte de naissance. Pilu et Noelia ont dû se battre avec l’administration pour que leur enfant soit reconnue comme leur fille à elles deux. Lucas a changé trois fois d’école parce que ni ses camarades ni certains professeurs ne l’acceptaient tel qu’il est. Zoe a dû apprendre avec des YouTubeurs quelle était la voie à suivre et a mis des années à prendre une décision, car toutes ces figures de référence étaient de « drôles d’oiseaux ». Les parents de Rubén lui ont fait subir un exorcisme à l’âge de 21 ans puis l’ont fait interner dans un centre évangélique de thérapies de conversion au Brésil pour le «  guérir » de son homosexualité.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct