lesoirimmo

Transition énergétique: «Les entreprises font partie des problèmes, mais aussi des solutions»

Jean-Pascal van Ypersele et Greta Thunberg à Lausanne, après une réunion européenne de Fridays for Future, juste avant que Greta ne traverse l'Atlantique à la voile pour rejoindre la COP25 en 2019.
Jean-Pascal van Ypersele et Greta Thunberg à Lausanne, après une réunion européenne de Fridays for Future, juste avant que Greta ne traverse l'Atlantique à la voile pour rejoindre la COP25 en 2019. - D.R.

L’humanité sous la menace « d’impacts irréversibles », c’est le nouveau cri d’alarme lancé dans un projet de rapport rédigé par des centaines de scientifiques rattachés au Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (Giec).

En adoptant l’Accord de Paris en 2015, le monde s’est engagé à limiter le réchauffement climatique par rapport à l’ère préindustrielle à « bien en dessous de 2ºC », si possible 1,5ºC. Mais selon les experts du Giec, atteindre +2ºC plutôt que +1,5ºC aurait de lourdes conséquences : 420 millions de personnes de plus sur Terre feront face à des « canicules extrêmes » et jusqu’à 80 millions de personnes supplémentaires seront menacées par la faim d’ici 2050.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct