lesoirimmo

Orban, Le Pen, Salvini, Jansa: la conjuration des «indociles»

Le Premier ministre slovène, Janez Jansa.
Le Premier ministre slovène, Janez Jansa. - Crédit: Reuters.

La révélation a frappé dix-sept chefs d’Etat et de gouvernement de l’UE comme une gifle au réveil (les dix autres, principalement d’Europe centrale, n’ont pas cillé) : l’Union s’est perdue dans la traduction des valeurs inscrites dans ses traités. Les mots pluralisme, non-discrimination ou encore Etat de droit n’ont donc pas la même nuance en hongrois, en slovène, en polonais, qu’en français, en grec, ou en finnois. Pourquoi a-t-il fallu quinze ans, depuis le grand élargissement, principalement à l’Est, pour s’en rendre compte ?

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct