lesoirimmo

Nizar Banat, le militant palestinien qui ne pouvait pas se taire

Selon un rapport d’autopsie, Nizar Banat portait des traces de coups à la tête, la poitrine, le cou, les jambes et les mains.
Selon un rapport d’autopsie, Nizar Banat portait des traces de coups à la tête, la poitrine, le cou, les jambes et les mains. - DR.

Portrait

Jour après jour, ils y retournent. Des centaines de Palestiniens manifestent depuis le 24 juin. Au point du jour, ce jeudi-là, les forces de sécurité de l’Autorité palestinienne étaient entrées dans le domicile de Nizar Banat, à Hébron. Une heure après son arrestation, l’activiste de 44 ans est mort. Sa famille assure qu’il a été roué de coups lors de sa détention : « Je veux savoir si mon époux a été assassiné », réclame sa veuve devant les caméras.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct