lesoirimmo

Rencontres d’Arles: la photographie sauvée des eaux

Au premier étage du Monoprix, l’étrange univers de «Désidération».
Au premier étage du Monoprix, l’étrange univers de «Désidération». - D.R.

Du jamais vu à Arles un 4 juillet. Il pleuvait si fort dimanche matin que la Fête du costume et l’intronisation de la 24e Reine d’Arles, prévues durant la matinée, ont dû être reportées dans l’après-midi pour éviter le naufrage. On le comprend aisément quand on sait que les tenues des dames et demoiselles défilant dans les rues remontent parfois à plusieurs générations et sont donc aussi précieuses que fragiles.

Du côté de la photographie, par contre, on résiste un peu mieux aux aléas climatiques et les Rencontres 2021 ouvraient donc leurs portes officiellement dès 10 h. Mais là où l’on voit habituellement déferler les premiers visiteurs en short, lunettes de soleil et chapeau de paille, on découvrait cette fois un défilé de coupe-vent et de parapluies. Pas vraiment joyeux pour démarrer une manifestation qui a déjà eu du mal à se monter suite à la pandémie : petits lieux supprimés en raison de l’impossibilité de distanciation, tickets virtuels, jauges limitées…

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct