lesoirimmo

Tour de France: le spectre du dopage, cet intermittent du spectacle

Photo News
Photo News

Le Tour est la seule course à brasser ainsi son cortège d’indécis, d’observateurs suspicieux après la troisième tournée de pinard au coin d’un bistrot. Pogacar n’est donc pas normal, il roule pour une équipe qui a pavillon dans le golfe Persique avec ses pétrodollars, il est dirigé par un ancien dopé qui est tombé dans le coma à cause de cela (Mauro Gianetti) et un staff qui a construit les chaudières Ricco et compagnie chez Saunier-Duval.

Il s’agit d’un résumé succinct d’une réalité malveillante et exaspérante, car elle est récurrente. Personne, même la presse qui utilise des goûteurs avant de manger n’avait ainsi imaginé une seconde, en 2019, que les héros Alaphilippe et Pinot avaient consommé des drogues dures. À travers le prisme des Français, le futur vainqueur Egan Bernal ne fut tarifé d’aucun artifice, passant pour le sherpa des Andes, un gentil Zorrino sorti d’une BD d’Hergé.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct