lesoirimmo

Vacciner ou pas les ados, une question altruiste et personnelle

La vaccination des adolescents est avancée dans certains pays, comme Israël.
La vaccination des adolescents est avancée dans certains pays, comme Israël. - AFP.

Le coronavirus a endeuillé de nombreuses familles et mis les soins de santé sous pression. Mais dans notre malheur, on a eu cette chance inouïe qu’il épargne en grande partie les enfants et les adolescents dont le système immunitaire est plus vaillant. A l’exception de ceux d’entre eux qui ont des comorbidités, ils sont en effet beaucoup moins susceptibles de développer une forme grave de la maladie. Les morts du covid chez les plus jeunes sont de l’ordre de l’exception tandis que le risque de forme grave nécessitant une hospitalisation est, lui aussi, très faible (entre 0,1 % et 1,9 %). Mais un covid léger ou modéré peut s’avérer invalidant sur le long terme : selon une étude britannique, des symptômes persistants s’observent chez environ 10 % des enfants infectés.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct