lesoirimmo

Douglas Attal à propos de «Comment je suis devenu super-héros»: «Je suis français et je ne voulais pas singer Avengers»

« J’ai pensé immédiatement à Benoît Poelvoorde pour ce personnage de super-héros fatigué, un peu tendre et mélancolique. »
« J’ai pensé immédiatement à Benoît Poelvoorde pour ce personnage de super-héros fatigué, un peu tendre et mélancolique. » - D.R.

D ouglas est un enfant. On était dirigé par un enfant avec des convictions fortes comme un enfant. J’ai eu du mal à m’adapter. On s’est disputé. Il m’a fait douter de moi, ce qui ne m’était jamais arrivé ! Douglas ne demande pas de composer un type qui a une idée. Il est premier degré. Or, Dieu sait si je joue toujours premier degré. Mais là, même en jouant premier degré, je n’y parvenais pas. Je n’avais jamais été confronté à un enfant qui me demande de jouer un film… pour enfants. Etre téléporté, par exemple, comment jouer ça ? Pour moi, c’est difficile car ça n’existe pas ! Je me suis rendu compte sur ce film que je suis très concret. La difficulté que j’ai eue sur ce film, c’est que je me voyais jouer. Ce fut difficile mais je l’ai fait.  » C’est ainsi que Benoît Poelvoorde a vécu le tournage de Comment je suis devenu super-héros. Nous avons demandé au jeune réalisateur français Douglas Attal, fils du producteur Alain Attal, sa version des faits.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct