Fil info

Carte blanche: Monsieur le Secrétaire d’Etat Sammy Mahdi, votre inaction provoque un risque de mortalité

Carte blanche: Monsieur le Secrétaire d’Etat Sammy Mahdi, votre inaction provoque un risque de mortalité
AFP

Monsieur le Secrétaire d’Etat, votre inaction provoque un risque de mortalité. Votre inaction contribue également à nourrir un processus de déshumanisation de nos relations aux « étrangers » et « exilés », à l’instar de la politique européenne de non-accueil, voire de refoulement des exilé.es., contraire à la Convention de Genève.

Votre père s’est réfugié en Belgique parce que sa vie était en danger dans son pays. Ce parcours migratoire a amené de la diversité et de l’intelligence dans notre pays, en témoigne votre haute responsabilité politique dans le Gouvernement fédéral aujourd’hui.

Cela fait plus de cent jours que près de 500 femmes, hommes et enfants ont rejoint les occupations des sans-papiers de la VUB, de l’ULB et de l’église du béguinage. Depuis plus de 40 jours, la majorité d’entre elles-eux ont arrêté de se nourrir.

Des risques cliniques et sanitaires

Les soignants de Maisons médicales et d’ailleurs qui passent quotidiennement pour suivre les cas critiques le confirment : la situation sanitaire présente des risques de mortalité. Sur le plan clinique, nous arrivons effectivement à l’étape au cours de laquelle les personnes vont présenter des euphories, confusions, troubles respiratoires, comas, le tout pouvant provoquer la mort en quelques heures. Avec le variant Delta du covid qui arrive sur notre territoire, il y a un grand risque que se développe un cluster dans ces occupations, étant donné la promiscuité et l’absence de sanitaires adéquats.

Le corps comme dernière arme politique

Ces personnes sans-papiers n’ont plus que leur corps comme dernière arme politique, leur cri est bouleversant de désir d’existence, à un point tel qu’ils en viennent à dégrader leurs fonctions vitales. Ils revendiquent l’accès à la régularisation de leur situation parce qu’ils sont intégrés dans la population belge depuis des années, travaillent et veulent contribuer à notre sécurité sociale, ont des enfants scolarisés en Belgique… Vous savez à quel point le vieillissement démographique et la relance d’après la crise du covid vont rencontrer un besoin de main-d’œuvre prête à travailler dans des métiers en pénurie comme dans le domaine de la construction et ceux du soin aux personnes.

Du courage pour faire barrage aux extrêmes

Votre détermination à ne pas répondre aux cris d’alarme poussés par ces centaines de corps à l’agonie va donner du grain à moudre aux courants d’extrême droite du Vlaams Belang et de droite radicale de la N-VA puisque vos discours, votre politique, vos mots stimulent les normes culturelles ambiantes de xénophobie et d’exclusion socioculturelle. En alimentant ces dernières, vous participez à couper petit à petit les racines humanistes de votre famille politique, le CD&V. Dans les années 2000, près de 50.000 personnes ont été régularisées par un gouvernement arc-en-ciel. C’est ce courage politique-là qui fait reculer les courants xénophobes et racistes.

Nos soignants se sentent pris au piège entre leur déontologie de protection de la santé de toute personne sans discrimination (serment d’Hippocrate) et leur immense besoin de repos pour recharger les batteries après plus d’un an et demi de pandémie.

Nous aurons besoin de soignants

Lorsque je travaillais comme aide-soignante en gériatrie à l’hôpital Saint-Pierre, la plupart de mes collègues étaient issues de l’immigration, elles prenaient en charge nos (grands-)parents avec délicatesse et créativité. Les citoyens et citoyennes belges leur en étaient reconnaissant-e-s à jamais parce que l’expérience de la vieillesse et de la mort d’un proche nous concerne toutes et tous, Monsieur le Secrétaire d’Etat. Nous savons vous et moi que le manque de soignant-e-s dans les domaines des soins aux personnes est criant, il le sera encore plus demain. La pandémie de covid a rappelé et renforcé ce phénomène de société.

Votre père a fui l’Irak pour survivre ; l’asile que votre famille a trouvé en Belgique lui permet, par votre action politique, de devenir à son tour un contributeur et un acteur de l’État de droit et de la référence à la Déclaration universelle des droits humains de 1948.

N’entachez pas cette belle transmission du sang de ces corps politiques qui ne demandent qu’à vivre.

Cet article réservé aux abonnés
est en accès libre sur Le Soir+
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct

     

    Cet article réservé aux abonnés est exceptionnellement en accès libre

    Abonnez-vous maintenant et accédez à l'ensemble des contenus numériques du Soir : les articles exclusifs, les dossiers, les archives, le journal numérique...

    1€
    le 1er mois
    J'en profite
    Déjà abonné?Je me connecte
    Aussi en Cartes blanches