lesoirimmo

Le populisme de droite se nourrit de la «crise mondiale de la solitude»

De gauche à droite, le Néerlandais Geert Wilders (PVV), l’Italien Matteo Salvini (Ligue du Nord), la Française Marine Le Pen (Rassemblement national) et le Bulgare Veselin Mareshki (Volya): autant de populistes de droite dans les bras desquels se jettent les personnes qui souffrent de solitude, selon Noreena Hertz.
De gauche à droite, le Néerlandais Geert Wilders (PVV), l’Italien Matteo Salvini (Ligue du Nord), la Française Marine Le Pen (Rassemblement national) et le Bulgare Veselin Mareshki (Volya): autant de populistes de droite dans les bras desquels se jettent les personnes qui souffrent de solitude, selon Noreena Hertz. - Alessandro Garofalo/Reuters

entretien

Nous ne savons que trop bien combien la pandémie et ses confinements successifs nous ont isolés, au moins temporairement. Qu’en est-il du sentiment individuel qui existait déjà auparavant au niveau social ? C’est à cette question que l’économiste londonienne Noreena Hertz consacre actuellement ses recherches, notamment dans son livre intitulé The lonely century : coming together in a world that’s pulling apart paru chez Harper Collins.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct