lesoirimmo

La BCE réinterprète la «stabilité des prix»

Christine Lagarde, la présidente de la Banque centrale européenne (BCE).
Christine Lagarde, la présidente de la Banque centrale européenne (BCE). - afp

La Banque centrale européenne (BCE) a revu son objectif d’inflation : elle visera désormais un rythme de hausse des prix à la consommation de « 2 % à moyen terme » – et non plus un taux « proche, mais inférieur à 2 % ».

Peut-être penserez-vous que l’institut d’émission de la zone euro joue sur les mots. Ce n’est pas le cas. Cette reformulation de l’objectif traduit, au niveau des principes, sinon de la pratique récente de la politique monétaire, un changement d’orientation notable.

Flash-back. A la veille du lancement de la monnaie unique, en 1999, la BCE a reçu un mandat clair – et hiérarchisé : en priorité, mener une politique monétaire favorisant la stabilité des prix au sein de la zone euro (lisez : en moyenne, étant entendu que le taux d’inflation peut être plus élevé dans certains États membres ; et moins dans d’autres).

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct