lesoirimmo

Tour de France: les risques payants de Guillaume Martin

Sur ce Tour, le Français Guillaume Martin a changé de tactique.
Sur ce Tour, le Français Guillaume Martin a changé de tactique. - EPA

Parti à l’ombre des murailles de Carcassonne, le peloton a filé grande plaque vers l’Ariège et ses pourcentages sauvages pour consacrer, dans une chaleur à faire fondre le bitume, le Néerlandais Bauke Mollema. Déjà troisième à Malaucène après la double corvée de Ventoux et la démonstration de Wout van Aert, le briscard de trente-quatre ans a imposé sa force et une tactique basée sur l’audace absolue dans un groupe de fugueurs où Guillaume Martin et Louis Meintjes se sont replacés au classement général. Si le Sud-Africain de la formation Intermarché – Wanty-Gobert se trouve désormais au quatorzième rang, c’est surtout Guillaume Martin qui a réalisé la grosse opération à Quillan. Au point de se retrouver deuxième du classement général et, comme à l’accoutumée, de malmener un sens de la mesure français qui a la faucheuse propension à s’enflammer à la moindre étincelle au point d’en griller toutes les réalités…

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct