lesoirimmo

Hélène Carrère d’Encausse, la «tsarine» qui veille sur la rigueur de l’Académie française

«A l’Académie française, nous ne pratiquons pas le politiquement correct», dit Hélène Carrère d’Encausse.
«A l’Académie française, nous ne pratiquons pas le politiquement correct», dit Hélène Carrère d’Encausse. - Bruno Dalimonte.

Le bureau d’Hélène Carrère d’Encausse est petit et modeste, du moins si on le compare au faste et à la solennité du bâtiment, le majestueux Institut de France à Paris, avec sa majestueuse coupole qui abrite les têtes pensantes françaises. Le titre de l’occupante du bureau est lui aussi majestueux, et grammaticalement surprenant : secrétaire perpétuel de l’Académie française. Perpétuel : qui dure pour toujours. Et non pas la secrétaire perpétuelle, mais le secrétaire perpétuel, bien qu’elle soit la première femme à occuper ce poste, le plus prestigieux, voire le plus influent, des lettres françaises.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct