lesoirimmo

La vie privée n’a pas de prix (mais on peut en débattre)

La vie privée n’a pas de prix (mais on peut en débattre)
Crédit: Belga.

On les entend, la main sur le cœur, nous jurer que le Covid Safe Ticket n’aurait qu’un usage restreint (quelques gros événements). Et limité dans le temps (comme si les experts avaient prédit la disparition du coronavirus pour le 30 septembre à minuit). Mais ce « sésame de la liberté » pourrait-il s’arrêter en si bon chemin ?

L’idée est si alléchante : conditionner l’accès aux restaurants, aux cinémas, aux concerts, aux événements sportifs, aux camps de jeunesse aux seuls détenteurs de ce « pass ». A deux jours des vacances parlementaires, alors même que le Covid Safe Ticket ne dispose toujours pas de base légale en Belgique (au moment d’écrire ces lignes, l’accord de coopération n’est même pas arrivé sur la table du Parlement), certains (au CD&V, Vooruit, au PS…) songent déjà à pousser le bouchon un cran plus loin. En fait, qui sait, l’idée est peut-être excellente.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct