lesoirimmo

Après les inondations, l’heure de se retrousser les manches

Chaudfontaine
Chaudfontaine - Pierre-Yves Thienpont

Il y a ceux qui veulent partir, ceux qui veulent revenir, ceux qui reviennent voir « comment c’est maintenant », ceux qui viennent aider. Puis des camions, des tracteurs énormes avec des remorques qui le sont tout autant. Pleines de débris, de boue, d’eau pompée dans les caves, les jardins, les cours. La « route de la vallée » de la Vesdre entre Chaudfontaine et Chênée est surchargée de véhicules ce samedi matin. Une forme de chaos automobile presque réjouissant parce qu’il est une preuve à la situation d’avant. Si on fait abstraction des tonnes de débris, de meubles, d’arbres, de pneus, de débris de routes qui jonchent les bas-côtés des routes. Partout. Et partout aussi, plus le temps de verser une larme. C’est l’heure de se retrousser les manches. « On n’a pas le choix », « Que voulez-vous faire d’autre », « Il faut se relancer » reviennent sans cesse. Quasi des mots d’ordre.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct