lesoirimmo

Tour de Wallonie: parcours en pointillé pour un plateau relevé

Le peloton ne sait pas à quoi s’en tenir.
Le peloton ne sait pas à quoi s’en tenir. - PhotoNews

S’il arrive à Christophe Brandt de regretter sa vie de coureur, c’est incontestablement dans un jour comme ce lundi. Ne devoir se concentrer que sur la course pendant que tout le monde gère le reste pour lui. Tout l’inverse de la vie d’un organisateur qui doit tout prévoir, planifier, gérer. Sans parler des impondérables qui vous tombent dessus.

Il pensait avoir déjà tout connu, le directeur de l’épreuve se trompait. « Je suis dans la mouise depuis ce matin », avouait-il avec un sourire résigné. « C’est la pire journée de ma vie ! Rien ne va, entre les endroits qui ne peuvent plus nous accueillir et ceux qui ne veulent plus… Je ne sais pas, je cherche, j’ai des solutions possibles, on verra… »

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct