lesoirimmo

Dix ans après la tuerie, la Norvège toujours hantée par Utøya

Mémorial d’Utoya.
Mémorial d’Utoya. - AFP.

Ce 22 juillet 2011, comme depuis des décennies, Utøya accueillait le camp d’été de l’AUF, la Ligue des jeunes travaillistes norvégiens. La plupart des 600 participants, des adolescents, ou ayant à peine dépassé la vingtaine, étaient là pour se former à la politique, militer, faire la fête. Et puis Anders Breivik a débarqué sur l’île, et ce fut l’enfer. Méthodiquement, pendant près d’une heure et demie, le militant d’extrême droite va débusquer les jeunes à l’arme automatique. Comme un chasseur. Au nom de la lutte contre le multiculturalisme, il tue soixante-neuf personnes, se rend aux forces de l’ordre, et revendique aussi la voiture piégée qui vient d’exploser quelques heures plus tôt devant le siège du gouvernement à Oslo, faisant huit autres victimes.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct