lesoirimmo

Inondations: dans la Grand’Rue de Trooz, cinq destins face à la catastrophe

Une quarantaine de riverains se réunissent à la Taverne de Trooz, dans le quartier de la gare. On boit, on rit... le temps d’un repas qui réchauffe les cœurs.
Une quarantaine de riverains se réunissent à la Taverne de Trooz, dans le quartier de la gare. On boit, on rit... le temps d’un repas qui réchauffe les cœurs. - Dominique Duchesnes.

La journée flanche et le barbecue s’allume. Une quarantaine de riverains se réunissent à la Taverne de Trooz, dans le quartier de la gare de la ville éponyme. On boit, on rit, on fait l’état des lieux de ce qui reste à faire, de qui dort chez qui ce soir, le tout autour d’une bière et d’une saucisse. On parle aussi d’autres choses pendant que les enfants font du vélo dans les rues. À 23 h, il faudra plier bagage et rentrer chez soi : les autorités ont instauré un couvre-feu pour contrer les pillages.

Si l’ambiance est bon enfant, l’heure n’est pas encore à la fête. Niché dans la vallée de la Vesdre, Trooz est un des villages particulièrement sinistré par les inondations. La Grand’Rue, axe principal, est coupée en deux par un pont écroulé. Le commissariat et la commune ont dû se relocaliser. La route d’accès est longue et semée d’embûches.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct