lesoirimmo

«Attila a encore frappé» à Chypre: le Conseil de sécurité de l’ONU tombe à bras raccourcis sur le président turc Erdogan

Mardi, au 47e anniversaire du début de l’invasion turque, le président Erdogan s’est rendu à Varosha, une ancienne cité balnéaire recherchée de la côte devenue ville fantôme, encerclée de barbelés.
Mardi, au 47e anniversaire du début de l’invasion turque, le président Erdogan s’est rendu à Varosha, une ancienne cité balnéaire recherchée de la côte devenue ville fantôme, encerclée de barbelés. - AFP.

Drôle de trêve. Voilà six mois que la Turquie du président Recep Tayyip Erdogan avait mis une sourdine à ses mots et actions parfois hostiles envers ses voisins européens, en gelant notamment des projets expansionnistes en Méditerranée orientale. Ankara semblait comme tenté de saisir au bond l’« agenda positif » avancé par l’Union européenne pour apaiser des relations tumultueuses, une feuille de route que les dirigeants de l’UE étaient venus défendre sur place en avril, lors du désormais fameux épisode du « sofagate »…

Mais cette semaine, la tension est remontée d’un sérieux cran. Avec une nouvelle « provocation » du président turc sur Chypre, l’île inextricablement divisée depuis 1974 et l’occupation du Nord par l’armée turque tandis que la république au Sud est membre de l’UE depuis 2004.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct