lesoirimmo

« Blood Brothers », entre Broadway et Bourdieu

C’est surtout le jeu des comédiens qui traduit avec brio le passage des années et le poids des inégalités sociales.
C’est surtout le jeu des comédiens qui traduit avec brio le passage des années et le poids des inégalités sociales. - D.R.

CRITIQUE

B lood Brothers est à la comédie musicale anglaise ce que La vie est un long fleuve tranquille est au cinéma français. Pas de famille Groseille et Le Quesnoy ici mais l’équivalent anglo-saxon : dans sa comédie musicale, Willy Russel orchestre l’intrigue autour des Johnstone, une pauvre famille ouvrière à la trop nombreuse progéniture, et des Lyons, dont le compte bancaire est fourni mais la chambre d’enfant désespérément vide. Quand le désir obsessionnel d’être mère d’une bourgeoise rencontre les difficultés financières d’une mère célibataire enceinte de jumeaux, synonymes de bouches en trop à nourrir, une idée à l’apparence toute simple prend l’ampleur d’un pacte diabolique : et si l’une donnait l’un de ses bébés à l’autre ?

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct