lesoirimmo

Les pilotes de légende (épisode 4/4): Francis Gary Powers, héros malgré lui à bord d’un mensonge d’État

Le U-2, une sorte de «planeur propulsé». © Belgaimage.
Le U-2, une sorte de «planeur propulsé». © Belgaimage.

On est le 10 février 1962, sur le pont qui sépare Potsdam, en Allemagne de l’est, de Berlin-Ouest. Le pont de Glienicke n’est pas seulement un parmi les centaines de ponts qui jalonnent la Spree et autres rivières quadrillant Berlin. Le Glienicker Brücke surplombe la rivière Havel, il fait face au Parc Babelsberg ou, un peu à l’écart, aux anciens studios de cinéma qui ont fait la réputation du cinéma allemand d’avant la période nazie. C’est un quartier de Potsdam, devenue est-allemande à la fin de la guerre, qui partage ses limites avec Berlin-Ouest. C’est aussi une zone où le KGB a installé un de ses QG du contre-espionnage. Il est intégré dans la construction du mur de Berlin, en 1961, hypersurveillé, entouré de barbelés… À sa reconstruction après la guerre, en 1949, le pont avait été appelé le Pont de l’Unité. En réalité, il est interdit aux civils. Seuls les agents accrédités des missions officielles des Alliés peuvent, parfois, le franchir.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct